dimanche 14 novembre 2010

Chop Suey de Livres - Novembre 2010

Kafka sur le rivage d'Haruki Murakami

On suit l'aventure d'un garçon, Kafka, qui pour fuir la prophétie de son père et s'en va loin de chez lui. En même temps, Un vieil homme simple d'esprit, Nakata, entends aussi un appel qui va l'attirer hors du quartier de ville où il était prisonnier depuis plusieurs années. Aventures initiatiques pour les deux personnages, mêlant univers réel, onirique et fantasmes des protagonistes. Entre les chats qui parlent et le colonel à moitié proxénète, on navigue dans un monde surnaturel ancré dans un monde bien réel. Les passages du livre oscillent entre la poésie, l'onirisme, et le réel qui se mélangent savoureusement. Il y a aussi quelques moments crus qui vont marquer la vie de nos protagonistes.

Le livre est plaisant à lire, je trouve quelques longueurs à certains endroits. Je pense qu'une seconde lecture peut-être nécessaire pour tirer la richesse de l'auteur.

8/10

Le Maître du Haut Chateau de Philip K. Dick

Uchronie de la seconde guerre mondiale, Roosevelt est mort précocement permettant la victoire de l'Axe sur les Alliés. Les territoires conquis sont partagés entre le Japon et l'Allemagne. Les USA sont partagés en deux. La culture est aussi transmise aux vaincus. L'utilisation du yi-King, une sorte de système pour prédire l'avenir est devenue prépondérante dans la vie quotidienne. Les américains, souffrant d'un complexe d'infériorité, essaient de s'en sortir par l'utilisation de leur patrimoine culturel, vente d'objet d'arts (Comme l'Allemagne et le Japon qui s'en sont sortis par l'économie après leurs défaites respective). On voit aussi les prémices de la création par l'intermédiaire de Frank, qui viré de l'usine de fabrication de contrefaçons, va créer de nouveaux objets d'art. Les vainqueurs eux restent cantonnés à l'utilisation du yi-king, crainte de l'avenir, d'une nouvelle guerre froide (entre Japon et Allemagne cette fois-ci).

Rare livre de K dick, où la fin est resté pour moi énigmatique avant que je lise d'autres analyses sur internet. Mais la conclusion restera toujours la même, réalité ? ou invention de l'esprit ? Après avoir compris le livre, la dimension de celui-ci s'agrandit mais on a du mal à suivre la mise en abyme des idées de l'auteur.

7/10

2 commentaires:

Dr Artus a dit…

Mmmh, c'est étrange d'avoir prêté l'utilisation du livre des transformations (Yi-king) aux japonais. C'est d'essence taoiste chinoise et j'ai tendance à croire qu'ils n'écoutent qu'eux mêmes, ces japonais. Oui vraiment étrange, mais il donne envie comme bouquin. Quand j'aurai fini ma pile de 20 livres, j'envisagerai p-e !

Pix a dit…

Je ne me rappelle plus très bien du livre comme cela fait longtemps que je l'ai lu.
Mais je pense que vu que les japonais ont conquis la Chine (comme l'Allemagne avec l'Europe, ils ont pu adopté le Yi-king dans la vie de tous les jours). Il y a une sorte de hiérarchie dans les vaincus : par exemple les européens souffrent moins du complexe d'infériorité que les américains vis à vis des allemands.